Calendrier d’épandage

A quel type appartient mon fertilisant ?

On distingue trois grands types de fertilisants (I, II et III), classés par arrêté ministériel. Pour pouvoir respecter les périodes réglementaires d’épandage, il est important de savoir classer son effluent selon le bon type.

Organiques à C/N élevé (> 8)

Ce sont les fertilisants contenant de l’azote organique et une faible proportion d’azote minéral, en particulier les déjections animales avec litière, à l’exception des fumiers de volailles.

Ce type regroupe :

  • les fumiers de ruminants, fumiers porcins et fumiers équins ;
  • certains produits homologués ou normés d’origine organique ;
  • les boues, les composts et autres produits organiques, dont la valeur limite de C/N est supérieure à 8 (corrigée selon la forme du carbone).

Organiques à C/N bas (< 8)

Ce sont les fertilisants contenant de l’azote organique et une proportion d’azote minéral variable :

  • les fumiers de volailles ;
  • les déjections animales sans litière comme les lisiers bovins, les lisiers porcins, les lisiers de volailles, les fientes de volailles ;
  • les eaux résiduaires, les effluents peu chargés*, les digestats bruts de méthanisation et certains produits homologués ou normés d’origine organique ;
  • les boues, les composts et autres produits organiques, dont la valeur limite de C/N est inférieure ou égale à 8 (corrigée selon la forme du carbone) ;
  • les mélanges de produits organiques associés à des matières carbonées difficilement dégradables (type sciure ou copeaux de bois).


*
effluents issus de traitement d’effluents bruts (ex : lagunage, filtre à paille, filtre à roseaux, etc.) et ayant une quantité d’azote de 0,5 unité / m3

Minéraux et uréiques de synthèse

Les périodes d’interdiction d’épandage évoluent

Selon le type de fertilisant que vous souhaitez apporter, vous devrez vous référer au calendrier des périodes interdites pour les épandages.

Ce calendrier a été dernièrement modifié en juin 2014, avec la signature du 5e programme d’actions.

Les principales évolutions portent sur l’allongement des périodes d’interdiction hivernales et la typologie des cultures de printemps en fonction de l’implantation d’une interculture ou non. Attention, ce calendrier est propre à celui de la région Pays de la Loire, auquel s’ajoutent quelques spécificités sarthoises.

Haut de page